Institutionnel

Lettre aux préfets des départements 21, 58 et 71 sur le Rallye de la Châtaigne

Publié le samedi 22 août 2020

Rallye de la Chataîgne

Lette de Autun Morvan Ecologie aux préfets de S&L, Nièvre et Côte d’Or

Monsieur le Préfet,

Avec tout le respect que nous vous devons en tant que représentant de l’Etat, nous ne pouvons pas ne pas réagir face à l’autorisation que vous venez de donner au rallye de la Châtaigne, rallye qui aura lieu sur les trois départements, Côte d’Or, Nièvre et Saône et Loire regroupant 295 concurrents.

A l’heure où :

Nous venons d’échapper de justesse à la canicule et où il était demandé aux automobilistes de réduire leur vitesse pour raison de pollution (les transports sont responsables à 29 % des émissions de gaz à effet de serre en France )

  • Nous savons que la pollution est un facteur aggravant des maladies respiratoires qui ne cessent de progresser sur le territoire, (48 000 décés peuvent être attribués chaque année à la pollution aux particules fines dégagées par le transport automobile)

  • Nous savons que les particules fines dégagées notamment par le transport automobile permettent au COVID de véhiculer la pandémie et aggravent la maladie. (Pour toute hausse modeste de 1μ/m3 d’air de la teneur en particules fines PM2,5, le risque de mortalité s’élève de 15 %)

  • Nous comprenons qu’il y a urgence à trouver des solutions pour endiguer le changement climatique. Le gouvernement s’est engagé à tout mettre en œuvre pour prendre en compte ce phénomène et incite ainsi fortement le marché automobile à chercher des solutions en favorisant un mode de transport plus propre mais également l’aviation pour trouver des solutions pour réduire l’impact sur ses émissions de gaz à effets de serre

    • Pour des raisons de pandémie les spectacles, rassemblements sont interdits.
    • Les consignes de sécurité contraignantes se renforcent.

Comment expliquer que trois jours durant, pour raison de loisirs, des bolides bruyants et polluants ruinant tous les efforts qui pourraient être faits pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, vont tourner dans notre région, sans parler des dégâts commis sur nos bords de routes et chemins, arrachant les bordures, mordant sur les terres ?

Comment expliquer à nos concitoyens qu’ils doivent faire des efforts, réduire leur consommation, payer plus cher leur essence car c’est polluant, car cela pèse sur l’évolution du climat, car cela peut devenir catastrophique dans un futur proche et qu’ils sont inconscients de ne pas voir ce qui arrive ?

Pourquoi nous écouteraient-ils ? Pourquoi écouteraient-ils un gouvernement qui donne le feu vert à un sport d’un autre temps et en interdit d’autres inoffensifs ? Où est la logique de notre système ?

Les répercussions d’une telle autorisation vont bien au-delà des mesures de sécurité imposées à l’association qui gère ce rallye, bien au-delà du gel désinfectant, du masque et des distances dans les files. Quel message envoie-t-elle aux concitoyens ? Ce qu’on leur interdit avec sanction à l’appui est possible pour d’autres qui pourtant sont facteurs d’un double danger conjuguant celui de la transmission de la pandémie à celui plus large du réchauffement climatique ?

Nous sommes, nous aussi, dans l’incompréhension de toutes ces mesures, arrêtés et dérogations qui se succèdent et se contredisent sans cesse. Nous sommes conscients que tout n’est pas toujours simples, mais nous regrettons qu’à aucun moment nous ne puissions compter sur la détermination d’objectifs définis de façon claire et précise de la part de l’Etat.

D’autres solutions existent pour le rayonnement et l’attractivité de notre territoire. Nous pouvons pour cela nous appuyer sur un tissu d’associations sportives locales qui sont à même de concilier festivités, tourisme, activité économique et protection de l’environnement.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos sentiments respectueux,

Le Président, Vincent Perrin