Communiqués

Détruire des forêts pour planter des arbres ?

Publié le dimanche 20 décembre 2020

La Capen et d’autres unissent leurs forces pour mener un combat contre les plantations en monoculture.

L’association Canopée et d’autres dont le syndicat SNUPFEN de l’ONF, les assos dont une part du terrain d’action est forestier comme Autun Morvan Ecologie (membre de la Capen),Sauvegarde du massif d’Uchon (membre de la Capen ), les groupements forestiers citoyens (comme le GFSFM, Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan qui a été le premier en France de ce type), et toutes les personnes qui défendent les forêts du Morvan (et d’ailleurs) unissent leurs forces …

  • pour mener le combat pour une forêt mélangée (essences et âges),
  • contre les plantations en monoculture (résineux essentiellement) en ligne après coupes à blanc y compris de forêts anciennes de feuillus.

Nous luttons à la fois sur le terrain (actions médiatiques, engagement dans processus de classement, rachat de forêts…) et sur le plan législatif.

En effet la pression des exploitants et de leurs organisations est telle que jusqu’à présent aucune loi ne protège réellement la forêt contre sa rentabilisation financière à court terme. C’est un domaine où Canopée et ses partenaires agit également.

  • Nous avons participé à une tournée de recueil d’information de Mathilde Panot (députée FI) en vue de la proposition d’une loi citoyenne pour la forêt.
  • Nous avons rencontré Anne Laure Cathelot ( députée de la majorité en charge d’un rapport remis en septembre au ministre de l’Agriculture dont dépend la Forêt (et non pas de l’Environnement).

Lire l’article de Reporterre

Les exploitants craignent la pression qui monte de la société : films, livres, rencontres nationales, manifestations…etc.

  • Ils mettent au point des stratégies de communication pour la contrer et de tous côtés ont voit apparaître le greenwashing (de bonne foi ou pas) : Pour lutter contre le CO2, nous plantons des arbres.
  • Le lobby des exploitants forestiers s’est déjà emparé (à sa manière) de cette disposition des entreprises à communiquer sur leur bonne volonté écologique.

Pour AME , Marie Bixel (contact Capen) marie.bixel@orange.fr

AME SaMU