Communiqués

A l’ombre du Dakar, les rallyes de Saône-et-Loire

Publié le lundi 4 janvier 2021

Les médias presque unanimes (1) se réjouissent de la survie du 42e rallye Paris-Dakar qui se déroulera du 3 au 15 janvier 2021 en Arabie Saoudite. Une tribune offerte aux « sports mécaniques » dans la plus totale absence de sens critique par rapport au contexte très particulier. En pleine crise climatique, pas question d’aborder le bilan carbone désastreux de cet événement « sportif » : des norias d’avions, hélicoptères, un gaspillage insensé de ressources.

Pas question non plus d’évoquer la situation des droits de l’homme, et surtout celles des droits inexistants des femmes dans cette pétromonarchie caricaturale. Pas un mot sur les dizaines de milliers de victimes de cette dictature au Yémen, pays plongé dans une misère effroyable. Ni des ventes d’armes de la France aux pays du Golfe. Une injure manifeste aux nécessités humaines et planétaire de l’heure. Le service public, les médias en général se grandiraient en informant de cette situation scandaleuse, qui fait la promotion d’un régime politique totalitaire tout autant qu’archaïque.

Quel rapport avec les rallyes en Saône-et-Loire qui annoncent leur volonté de poursuivre leurs activités polluantes (2) ? D’abord le silence complice des organisateurs de ces manifestations. Au nom de la sacro-sainte religion commune de la bagnole ?

Ensuite les rallyes ont un bilan environnemental désastreux : pollution de l’air, des sols, des vignes ; atteintes à la biodiversité ; effets sanitaires du bruit ajoutés à ceux de la pandémie sans fin… (3) . A l’érosion des droits de l’environnement s’ajoute celle des citoyens : le droit de circuler librement ; de profiter de la nature dans le calme et la sécurité ; le droit à la préservation de leur santé…

La France sera le pays d’Europe le plus impacté par le dérèglement climatique. Les rallyes, circuits de vitesse, c’est le monde d’avant. Périmé, archaïque, irresponsable. Sans utilité publique. Il est urgent d’agir pour une transition rapide.

  • 1 Le Canard Enchaîné du 8 janvier 2019.
  • 2 La Capen adressera prochainement une lettre à ce sujet aux maires du département.
  • 3 La pollution de l’air est responsable dans notre pays de milliers de morts prématurées.