Articles de fond

Métabolites : pourquoi ne les recherche-t-on pas ?

Publié le lundi 29 juin 2020

Message à celles et ceux qui tiendront un rassemblement le 3 juillet…. et aux autres, toujours debout contre les pesticides !

Par Fabrice Nicolino (Nous voulons des Coquelicots)

Le bel été des deux millions

C’est notre 21ème rassemblement. Hourrah ! Le mouvement des coquelicots est du genre tenace. Une nouvelle fois, nous exigeons ensemble, avec tous ces rendez-vous simultanés, le renoncement à ces pesticides de synthèse. Les élections municipales du 28 juin et la Convention citoyenne sur le climat montrent que la société est disponible pour de grands changements.

Notre devoir civique est d’aider à aller plus loin. Nous nous lançons dans une nouvelle campagne, une nouvelle bagarre. Cette fois-ci : contre les métabolites, ces molécules issues des pesticides, et que les autorités refusent de rechercher dans l’eau du robinet. Pas de panique, ce mot est inconnu de tous et mettra du temps à s’installer dans la conscience publique. Le mouvement des Coquelicots a le devoir d’informer, d’éduquer, de montrer le chemin.

Oui, les métabolites sont un grave danger pour la santé humaine, celle des écosystèmes et des êtres vivants. Et nous exigeons donc une protection efficace, qui ne peut venir que de nos élus, du ministère de la Santé, des agences régionales de santé et de notre Agence sanitaire, l’ANSES.

La réponse des Coquelicots ne peut être que le harcèlement démocratique de nos institutions, par vos soins et grâce aux outils que vous trouverez sur le site des Coquelicots. Il faut y aller, il faut y aller franchement, car nous défendons la vie de tous en face de forces considérables de destruction.

Que cela ne nous empêche pas de continuer à faire signer l’Appel des Coquelicots. Le confinement nous a stoppé en plein élan, mais l’été pourrait être propice à une relance. Nos amis de Callac (Côtes-d’Armor) Dom et Marcel proposent que chaque Coquelicot de France et de Navarre fasse au moins signer une personne. L’idée est simple et lumineuse : nous en sommes à 1million et 100 000 signataires. Si chacun s’y met, on peut se retrouver 2millions et 200.000 en septembre. On a le droit de trouver dix, vingt, cinquante, cent, mille signatures de plus… On s’y met ?