Articles de fond

Forêt, réchauffement climatique et CO2 (par AME)

Publié le dimanche 13 décembre 2020

Lorsque le Morvan sera couvert de plantations de Douglas, sera-t-il encore temps de parler de l’apport des forêts contre le réchauffement climatique et le CO2 ?

Autun Morvan Ecologie (AME) et le Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan (GFSFM) dont AME a été à l’origine il y a une vingtaine d’années ont travaillé ensemble à une plaquette qui vous est proposée ici. la plaquette

Il est régulièrement question ces derniers temps de l’adaptation de la forêt au changement climatique et de la controverse sur la quantité de CO2 séquestrée par une forêt qui vieillit et par une forêt jeune.

Ce document est donc d’actualité, puisqu’il est question d’aides importantes pour le « renouvellement forestier ». En effet, le plan de relance du gouvernement prévoit 200000 millions d’euros pour la « filière bois » sur 2 ans dont 150000 millions d’aides au reboisement..

Mais il est à craindre que ce plan n’incite encore plus à la coupe rase (non sanitaire due aux scolytes par exemple sur les épicéas du Morvan) dans le but de replanter encore davantage d’essences à croissance rapide donc plus rapidement rentables. Et ceci au prétexte de cette adaptation, nécessaire au changement climatique et de la séquestration du CO2.

Aucune aide n’est prévue pour aider au développement d’une gestion forestière proche de la nature et continue (essences et âges). Ce type de sylviculture attentive (méthode ProSilva) est pourtant une solution adaptée pour le changement climatique et la fonction puits de carbone de la forêt.

En effet la plupart des problèmes actuels sont très liés aux modes de sylviculture en plantation en monoculture d’essence à croissance rapide tels que le Douglas.

Quelle forêt dans 100 ans ? Une usine à bois ou une forêt aux fonctions multiples ?